Deux ans !

Je vous épargne le couplet sur le temps qui défile trop vite et celui dont je manque pour m’occuper correctement de loveliferunning.com. Je vous évite aussi le refrain sur les statistiques de consultation de ce blog et ceux des réseaux sociaux. Quand à mes chronos … Quels chronos déjà ?!

Depuis la fin de l’année 2013 (et ma dernière « vraie » course pour un chrono ; d’ailleurs quand je lis ce compte-rendu, je me demande si je retrouverai un jour cette joie d’exploser un record perso …), je n’ai couru « que » 4 courses officielles, dont seulement une avec un véritable objectif (et qui s’est soldée par une belle déception). Les trois autres n’ont été que des footings à peine améliorés, alors qu’il y a peu je clamais haut et fort qu’il m’était impossible de m’aligner au départ d’une course sans viser un record perso. Bref. Les temps changent, parait-il.

Pour moi, il semble que tout ait changé depuis le mois de décembre 2013. Une « nouvelle vie », déjà discrètement (!) évoquée ici. J’ai beau avoir voulu et choisi chaque aspect de cette nouvelle vie, rien ne s’est fait dans la douceur. Des repères qui disparaissent et de nouveaux à recréer. Un équilibre à trouver. Je ne pensais pas que ce serait si compliqué. Je pensais qu’à 27 ans je gèrerais ces changements aussi facilement que je cours 10 kilomètres. Mais non, loin de là. En quittant le cadre dans lequel j’étais confortablement installée, j’ai mis à l’épreuve mes limites. Je les ai recherchées, poussées, entamées et franchies. Et pas de la façon la plus saine qui soit … Exit le dépassement de soi dans la course à pied ; là on a atteint des choses bien plus … sombres. J’ose espérer que cela était nécessaire, que ça n’a jamais été vain et que cela me servira dans la construction de la personne tordue et compliquée que je suis. Voilà, fin de la parenthèse pseudo-psycho-perso.

Nous sommes bientôt le 19 mai 2014. Ce blog fêtera bientôt ces deux ans.
Je n’ai aucune course prévue. Je ne suis aucun plan d’entrainement. Je ne vise aucun chrono, ni aucune place dans aucun classement.
Je cours pour me maintenir en forme. Je cours pour apaiser les montagnes russes de mes humeurs. Je cours pour partager des moments sympa avec des gens que j’aime. C’est tout. Et c’est parfait comme ça.

« La vie avait continué après, la vie continue toujours. Elle te donne des raisons de pleurer et des raisons de rire. C’est une personne, la vie, une personne qu’il faut prendre comme partenaire. Entrer dans sa valse, dans ses tourbillons, parfois elle te fait boire la tasse et tu crois que tu vas mourir et puis elle t’attrape par les cheveux et te dépose plus loin. Parfois elle t’écrase les pieds, parfois elle te fait valser. Il faut entrer dans la vie comme on entre dans une danse. Ne pas arrêter le mouvement en pleurant sur soi, en accusant les autres, en buvant, en prenant des petites pilules pour amortir le choc. Valser, valser, valser. Franchir les épreuves qu’elle t’envoie pour te rendre plus forte, plus déterminée. » Les yeux jaunes des crocodiles – Katherine Pancol

8 comments to Deux ans !

  • Jo

    Bon anniversaire loveliferunning.com

    Rendez-vous ce week-end pour courir sur le Viaduc de Millau avec un personne que j’aime très fort.

  • Bon anniversaire!!!
    Même si tu vises plus de chrono j’espère qu’il y aura encore plein d’autres articles!!!
    A bientôt

  • Le principal c’est que tu cours parce que tu aimes courir, alors c’est tout ce qui comptes.
    Joyeux anniversaire à ton chouette blog!!!!!!

  • Bon runniversaire !
    Courir pour son propre bien-être c’est une très bonne raison de courir. Sur du long terme c’est même probablement la meilleure.

  • Happy two years! Nos vies sont rythmés non pas que de hauts et de bas, mais aussi de chemins qui bifurquent, à droite à gauche. L’itinéraire linéaire, je doute que ça existe pour qui que se soit. Le principale s’est ce s’y retrouver…à travers la course, les amis, la famille…peut importe la forme que cela prend. Les ressources sont parfois en soi…parfois ailleurs.

  • Eric

    Cela n’a pas été facile également. Le principal est de se (re)trouver.

  • Eric

    Et joyeux anniversaire!