J'ai testé le Club Med Gym ! #pasdexcuse

logoclumedgymEnfin « testé » est un bien grand mot. Disons que j’ai expérimenté le truc. Deux fois. Et ça m’a suffit.

L’inscription
Commençons par le début : j’étais super motivée ! Un accès gratuit à une vingtaine de salles de sport pendant un mois, c’est le top ! Mais ma toute première impression m’a un peu refroidi : l’accueil au Club Med Gym Waou des Grands Boulevards est à peine sympa (bon Ok il est 13h30, l’heure de pointe, mais quand même) et donne l’impression de traiter ses éventuels nouveaux abonnés à la chaîne. On est loin du luxe que je m’étais imaginé. Cerise sur la gâteau : ma carte Pure n’est pas réalisable sur place et je dois me rendre dans le Club Med Gym de Bastille ! En revanche pour les habitués, tout a l’air bien rodé : ils déposent leur carte, récupèrent une serviette et disparaissent d’un pas pressé. Le lendemain donc, direction Bastille pour finaliser ma carte. Et là c’est autre chose niveau accueil ; il y a vraiment de quoi se prendre pour un VIP. En même temps c’est normal, c’est le « Pure », la crème du Club Med Gym. Dommage que ce ne soit pas sur mon trajet appart-boulot.

machine

La course à pied sur un tapis : tout un programme.

Premier essai : un cours de barre au sol
A la réception, ils sont plus agréables que lors de mon inscription : je dis à la nana de l’accueil que je viens pour la première fois et elle m’explique le fonctionnement : accueil, vestiaires, salles … Les vestiaires sont collectifs, mais en revanche les douches sont individuelles et c’est clean. Toutes les filles sont à poil mais ça semble normal. Je descends l’escalier qui mène au sous-sol, et j’arrive dans la « salle des machines ».

Là encore je fais « la nouvelle » en demandant à une conseillère de m’expliquer comment ça se passe. Très sympa, la nana m’explique les grandes lignes et me suggère de prendre rendez-vous avec un conseiller (gratuitement), qui m’expliquera plus en détails durant une heure les machines pour bosser les points qui m’intéressent. En attendant le début de mon cours, elle me propose de marcher sur un tapis de course. Quand je descends de là 5 minutes plus tard, j’ai comme l’impression d’avoir trop bu.

Je me faufile ensuite au cours de barre au sol (ça faisait un bail que j’avais envie de tester cette discipline), où je dois faire partie des plus jeunes et … des moins souples. LA nulle du cours aujourd’hui, c’est moi ! Je n’arrive pas à toucher mes pieds avec mes mains, tandis que la mamie devant moi passe à l’aise d’un grand écart à l’autre. Et c’est carrément plus sportif que ce à quoi je m’attendais ! L’ambiance est très sympa. On bosse évidemment la souplesse, mais aussi les abdos et le dos, mes gros points faibles.

Vient ensuite le moment que je redoute le plus : la douche. Heureusement comme je suis super VIP, j’ai deux serviettes : une qui m’a servi d’éponge pendant que je m’entrainais, et l’autre qui est prête à m’accueillir après la douche. La cabine de douche est propre, grande, la température de l’eau est réglable et il y a du savon. Puis sèche-cheveux, petite tablette avec miroir pour poser sa trousse de toilettes : en 20 minutes, je suis prête pour reprendre le boulot, ni vu ni connu. Nickel.

carteDeuxième essai : la salle des machines
Deuxième essai, je décide de m’aventurer sur les machines. Comme j’ai bien repéré le genre d’ambiance, je me fonds dans le moule : écouteurs dans les oreilles et je m’enferme dans ma bulle. J’enclenche le tapis de course et je pars pour un footing tranquille entre 8 et 9 km/h. Je peux régler la pente, mon « programme », écouter ma musique et … ben je cours sur place. Ok il y a une télé qui passe quelques films publicitaires, mais rien de bien passionnant. Ah si : je peux m’admirer dans le miroir d’en face. Et, beaucoup plus amusant, observer la « population locale ». Ma machine dispose d’une aération qui m’envoie un air conditionné en pleine face, mais malgré ça il fait très chaud. C’est sympa mais ça ne vaut pas un « vrai » footing ! 30 minutes plus tard je redescends sur la terre ferme et me conforme à l’habitude hygiénique de l’endroit : un petit nettoyage de ma machine avec un spray et du Sopalin.

J’engloutis le contenu de ma bouteille d’eau et me lance sur une deuxième machine : le vélo elliptique. Force 15 direct. Ah non, peut-être pas en fait. Force 13 c’est mieux. J’ai l’impression d’être au sauna, mon cardio doit être tout fou-fou et je sens que mes cuisses bossent. Sauf que c’est encore plus ennuyant que le tapis, malgré l’écran télé directement sur la machine. Un quart d’heure et j’ai ma dose (et une pause déjeuner non étirable à l’infini) ; je retourne vers le vestiaire. Les machines de muscu « pure » me font encore un peu peur ; je m’y aventurerai la prochaine fois.

Troisième essai … Ah non !
Sauf que … il n’y aura pas de prochaine fois ! Je m’en doutais déjà, mais côté sport je suis plutôt une solitaire ; voilà sans doute pourquoi je suis plus runneuse que volleyeuse ou basketteuse. Les cours collectifs, la Zumba et compagnie, très peu pour moi. Pourtant ça a l’air ludique, varié et le groupe a sans doute un effet motivant, mais personnellement ce n’est pas comme ça que j’aime faire du sport. [Je passe pour une grosse rabat-joie asociale là ou ça va ? :lol:] Par ailleurs, pour moi le mot « sport » est forcément associé au mot « plein air » ; au Club Med Gym des Grands Boulevards, il y a à peine la lumière du jour.

iloverunL’avantage indéniable de toutes ces salles, c’est qu’on peut venir s’y défouler à la mi-journée et ressortir comme si de rien n’était. Côté ambiance, j’avais peur de tomber sur … comment dire … des gros lourds qui viennent aborder les nanas, de la pouffiasse qui vient juste pour se montrer. Bon c’est un peu LE gros cliché, mais je n’avais jamais mis les pieds dans une salle de sport. En réalité, rien de tout ça. Chacun fait son truc dans son coin, mais il y a quand même un conseiller sportif disponible et à portée de main si jamais on a besoin d’indications. C’est propre. Et surtout loin de la vision très « cliché » que j’avais de ces endroits.

Bref : j’aime l’esprit du Club Med Gym Waou, le choix et la liberté que ces salles offrent. Et si j’étais riche, je me prendrai sans doute un abonnement pour les mois d’hiver, quand la neige et le verglas m’empêchent de courir comme je le veux. [Pour info, l’abonnement d’un an pour accéder aux salles Waou coûte un bras 1320€ par an : en y allant 3 fois par semaine, ça fait du 8.50€ la séance de sport.] Mais ce que j’aime encore plus, c’est courir le matin à l’aube, sentir l’air frais sur mon visage, apercevoir un lapin ou des cygnes, pouvoir cracher par terre si j’en ai envie :lol:. Mon truc c’est le running. Définitivement !

19 comments to J’ai testé le Club Med Gym ! #pasdexcuse

  • J’avais EXACTEMENT les mêmes clichés sur la salle et finalement pas du tout, j’ai rencontré des gens super sympas! Perso j’adore les cours co alors que j’ai beaucoup fait de sport individuels (des années de judo et maintenant le running). Tu n’es pas à la seule ç ne pas oser tester les machines de muscu, plus de 3 mois que j’y suis et je n’ai JAMAIS testé une de ces machines

  • Sylvie

    Perso, ça me donnerait quand même envie ton post (je suis bizarre moi, hein :D)

    Mais c’est sûr, rien que le prix m’a toujours rebutée. Inaccessible pour moi pour le moment (ou pour toujours, vu les conjonctures ^^)
    Ou alors, si tu as moyen de leur suggérer d’ouvrir une garderie pendant que les mamans font du sport… je suis CERTAINE que ça n’intéresserait pas que moi ce concept. D’ailleurs si j’étais riche, plutôt que de m’inscrire au club je créerais carrément le truc. Genre avec des parcours psychomoteurs pour les petits pendant que maman se défoule. Le rêve

    (et cracher par terre pendant le footing… comment dire… on le fait tous, non ? – enfin moi je me mouche par terre plutôt, mais chacun son truc, ha ha )

  • Nathalie

    Perso j’adore les salles de sport, mais difficile d’en trouver une avec toutes les options et qui ne soit pas hors de prix! Les cours co c’est super motivant et ludique, par contre c’est vrai que lorsqu’on a testé le run en plein air (et aimé ça) difficile ensuite d’en faire sur tapis, on se traine, on s’ennuie et c’est monotone!

    • C’est vrai que les prix sont assez dingues … Mais le jour où ils inventent la salle de sport en plein air avec vue sur Paris, je signe tout de suite !

  • Solène

    Apres le running c’est le top, mais quand pour courir avec tes horaires de boulot c’est le samedi ou à l’aube et que t’as pas de parc à proximité, donc que c’est footing le long des boulevards de nuit… tu bénis quand même la salle de sport qui te permet de te bouger de manière sympa.
    Et par contre, oui, y’a plein de gens nus dans les vestiaires et ça ne choque (presque) personne !!

    • J’avoue que les boulevards c’est moyen top (vive le vacarme et la pollution). Mais dans les petites rues, à l’aube, c’est jouable.

  • Hymaya

    Moi j’aime les deux…le footing du matin au grand air (et au vent, et à la pluie aussi!) et les cours co de la salle de sport. Les gens y sont généralement très sympa (il y a même moyen de se prendre de belle barres de rire). J’avoue que je regrette un peu ma première salle (ça doit être l’effet 1er amour) mais celle que je fréquente aujourd’hui est bien aussi.
    Par contre les « machines de torture » très peu pour moi, c’est long, chiant et pas motivant.
    BiZz

    • Ca pour l’ambiance je suis d’accord avec toi, c’est bon enfant les cours collectifs. Enfin tout dépend du prof j’imagine !

  • J’ai pas poussé la porte d’un club de sport depuis le peu de muscu que j’ai fait quand j’étais étudiant et pas plus que toi je n’ai l’intention d’y retourner. C’est pas mon truc. Je passe devant plusieurs clubs sur mes parcours habituels, je vois par les baies vitrées les gens courir sur leur tapis, parfois je leur fais un signe de la main. Mais rien ne me ferait échanger ma place avec la leur, j’aurais trop l’impression d’être un hamster dans sa roue. Même s’il fait nuit, même s’il pleut et s’il fait 2°C, je suis bien mieux dehors à courir solo.

    • La sensation d’être un hamster sur ce genre de machines, je partage totalement !
      Nuit, pluie, froid … qu’importe, nous sommes des warriors !

  • C’est marrant parce que j’ai sans cesse cette discussion sur l’intérêt d’un club de sport avec ma femme qui ne supporte pas aller courir en extérieur alors que c’est exactement l’inverse pour moi. Le top de l’horreur étant à mon avis un club de sport dans une zone industrielle vers Macon où les abonnés courent sur des tapis tous alignés en face de l’autoroute A6 … Peut-être que le fait de regarder les camions passer leur fait éprouver un sentiment de libertée qu’ils n’auront jamais sur leur tapis en plastique !

    • Là on quitte les hamsters dans leur roue pour les vaches qui regardent passer les trains, mais on reste dans l’analogie animale. Pas très flatteur non plus.

  • Tout à fait d’accord avec toi ! Encore que je me suis faite un peu au vélo en salle (dans le cadre de ma blessure), avec l’iphone devant pour regarder un film en replay sinon je m’ennuie trop… Disons que quand il fait moche dehors ça dépanne bien !

  • Vive le running plein air… (on dirait une pub pour des oeufs…)
    J’ai les même clichés et je n’ai pas très envie de voir par moi même qu’ils sont faux…

  • Presque 100% d’accord avec toi…!
    J’adore la danse et les dérivés genre zumba and co, pas mal quand on ne bosse plus « sa danse » régulièrement mais que l’on veut bouger en musique un peu plus stylé que juste pour un cours de step… Pour autant, trop de nanas au mètre carré ou de personnes qui font les mêmes mouvements en même temps, ça peut en effet vite me lasser. Quant aux machines…je te rejoins sur le fait qu’elles sont salvatrices en hiver…mais ce sont surtout les cours collectifs type les Mills qui m’ont sauvée moi, à l’époque où j’emménageais à Lille (janvier) et où on me disait que je finirai dans le canal si je continuais de courir le soir…(sympa !). Courir comme sur un tapis comme un hamster dans sa cage et regarder les autres en faire de même, c’est abêtissant alors que courir en plein air décuple la pensée

  • Club med gym pure bastille Septembre 2015
    Dimanche matin
    Si vous allez au cours pilate, vous devez telephoner la veille avant 9H30 le samedi
    sinon vous êtes sur la liste d’attente
    En fait il n’y a aucun controle des gens qui s’inscrivent et qui ne viennent pas
    Donc vous ne pouvez aller au cours mais suspense peutêtre il y a de la place………
    Pour le cours de body pump c’est du délire
    petite salle bondée
    on ne peut plus bouger
    la clim ne marche pas- conditions d’hygième non respectées
    aucune limitation des places
    Le directeur dit : désolé- ‘il n’y a rien à faire
    Conclusion
    Disproportion totale entre le prix et la qualité des cours

  • […] La course à pied sur un tapis : tout un programme. Premier essai : un cours de barre au sol. A la réception, ils sont plus agréables que lors de mon inscription : je dis à la nana de l'accueil que je viens pour la première fois et …  […]