Le témoignage de Jehanne

Aujourd’hui dans « To be a runneuse » c’est Jehanne, 23 ans, qui nous parle de sa vision du running.

« Ma première tenue des 20 km de Paris ! »

– Comment as-tu découvert le running ? Qu’est-ce qui t’a poussé vers ce sport ?
Un jour, mon père m’a ramené un prospectus qu’il avait trouvé je ne sais où et qui parlait des 20 km de Paris, organisés par l’Armée de Terre. J’ai dit « vas-y, c’est parti ! » J’avais 17 ans et j’avais jamais couru de ma vie … Même pas une sortie pour me préparer ! Je suis allée acheter une casquette technique avec ma mère et j’ai emprunté des Nike Air à mon cousin. Je me suis pointée avec un short de bain et un t-shirt en coton et ma mère m’a attendue à plusieurs endroits pour m’encourager … L’année suivante, j’ai remis le couvert, sans entrainement et dans la même tenue ! J’ai mis 3 heures la première fois et 3 heures 20 la deuxième. En fait, j’en ai chié … D’ailleurs, je n’ai plus vraiment couru après ça !
En septembre 2011, je me suis mise à courir régulièrement, je faisais 3 à 4 sorties par semaine pour me préparer à mon premier 10km. Depuis, j’essaie de courir régulièrement mais pas aussi souvent que je voudrais … En fait, je déteste courir dans Paris !

– Depuis quand cours-tu ? Te souviens-tu de tes impressions lors de ta toute première sortie ?
Je ne sais pas si on peut dire que je cours depuis mes 17 ans … Mettons que je cours pour de vrai depuis septembre! Quant à ma première sortie, c’était donc la course des 20km de Paris. C’était vraiment sympa parce que j’avais l’habitude de faire du vélo dans Paris mais c’était la première fois que j’y courais. La course commençait sous la Tour Eiffel et nous étions vraiment beaucoup! Tous ces gens qui couraient ensemble dans ce cadre-là, c’était magique !

– Qu’est-ce que t’apporte ce sport au quotidien, dans ta vie de tous les jours ?
Je pratique ce sport surtout pour le plaisir de transpirer en fait. Repousser mes limites … Certains aiment regarder leur FCM et toutes autres données scientifiques, moi j’aime bien mettre un sweat en coton et m’arrêter de courir une fois qu’il n’y a plus une seule partie de sèche ! Bon j’ai quand même mon cardio-fréquencemètre à chaque sortie et je cours le plus souvent avec des vêtements techniques … J’aime aussi la sensation de bien être que je ressens une fois avoir couru donc j’essaie de courir surtout le matin pour ressentir cette sensation le plus longtemps possible.

« Les 10 km de Vincennes en février 2012.
Première grosse journée de neige sur Paris ! »

– Le meilleur moment pour courir ? Le meilleur endroit ? Seule, en duo ou en groupe ? Temps pluvieux ou grand soleil ? Avec ou sans musique ? A jeun ou non ?
Le meilleur endroit, je crois que je ne l’ai pas encore trouvé ! J’ai couru une fois sur la plage et c’est vrai que c’était sympa mais je pense que c’était surtout parce qu’il était 6 heure du matin et que tout le monde dormait sauf les mouettes … Par contre je peux dire que le pire endroit pour courir, c’est Paris et sa banlieue ! Peut-être aussi parce que je connais par cœur ?
La musique, toujours ! Sauf quand je cours avec des amies. Et à jeun oui, forcément … Je ne me vois pas courir le ventre plein. Je m’avale 500mL d’eau avant de partir et hop.

– Tes sources de motivation ? LA meilleure motivation pour courir ?
La douche ! J’ai horreur de la douche et tout ce qui me pousse à en prendre une, c’est de bien transpirer avant… Nan plus sérieusement (enfin presque), c’est mon poids qui me motive. J’aime manger et mes vêtements datent de quand j’avais 18 ans alors si je veux continuer à rentrer dedans je dois courir … Mais je crois qu’à part celles qui font de la compétition, c’est surtout notre silhouette qui nous motive !
Je pourrais rajouter le temps que je fais sur des courses d’égale distance. Je n’ai pas encore réussi à passer sous l’heure sur un 10 km et c’est l’objectif de mes sorties de l’été …

– Une citation favorite, une phrase préférée ?
« Voilà l’homme tout entier s’en prenant à sa chaussure alors que c’est son pied le coupable. » Facilement assimilable à la course à pied, je trouve que cette citation de Beckett cerne bien l’homme actuel …

– Une/un modèle de runner/runneuse, un/une athlète modèle ?
Je ne vais pas faire dans l’originalité je pense … Killian Jornet pour sa rigueur, ses performances, son charisme et sa capacité incroyable à résister à ce qui serait de la douleur pour moi. Mais je ne connais pas vraiment le milieu de la course à pied ! Mon « athlète » du moment, c’est Pierre Roland du team Europcar. Il m’a vraiment impressionnée sur le Tour de France 2011 et sa sympathie à la française me fait un peu fondre aussi …

« Ma tenue d’aujourd’hui. »

– Ta tenue pour courir ? Tenue d’hiver, tenue d’été ? Quelle marque de basket ?
Je porte un collant 3/4 l’été avec un t-shirt technique ou un débardeur. L’hiver c’est un collant long et un maillot manches longues avec une à deux couches en dessous. Une petite veste coupe-vent parfois. En fait, le plus important dans ma tenue, c’est les poches pour mon iPod ! Je peux courir avec n’importe quoi mais pas sans poche …
Toute ma tenue (même les sous-vêtements) sont Adidas. Mes chaussures sont également des Adidas. J’ai 15 % de réduction chez eux et puis j’aime beaucoup ce qu’ils font. Au quotidien, je ne porte quasiment que ça d’ailleurs. J’ai aussi acheté des Vibram Five Fingers (VFF pour les intimes). Je les aime bien même si, il faut le dire, le style est tout à fait pourri ! C’est complètement différent des running habituelles, sentiment de liberté et de légèreté assez étonnant … Il faut que je leur trouve une place dans mon plan d’entraînement car pour l’instant, je les laisse un peu au placard alors que je suis persuadée qu’elles sont pleines de qualités ! Elles me l’ont déjà prouvé d’ailleurs.

– Une semaine sans running, c’est … ?
… Trop fréquent, je passe à la question suivante !

– Des blessures liées à la course ?
Une périostite bilatérale qui m’a poussée à faire une très longue pause au moment où je commençais à être sérieuse dans mon entrainement. La pause a duré tout l’hiver jusqu’à ce que je franchisse le pas des VFF qui m’ont prouvé qu’il était possible de courir sans douleur. Assez incroyable d’ailleurs. Je ne pouvais même plus marcher à allure soutenue et voilà qu’en courant avec ces trucs mochissimes, je n’avais plus aucune douleur ! J’ai donc pris un rendez-vous chez un podologue qui m’a confirmé ma périostite, m’a déconseillé les VFF et m’a fait des semelles sur mesure. Depuis, plus rien, je peux à nouveau courir comme avant !

– Quand je cours, je me sens … ?
Je me sens en communion avec la nature quand j’ai la chance de pouvoir courir à la campagne.
En ville, je me sens différente des autres qui vont prendre le métro pour aller travailler ou qui sont déjà dans les embouteillages le matin. Je me sens unique en fait … Je retrouve cette sensation dans d’autres sports comme le cyclisme ou la marche à pied.

« Championnats de Paris 2010.
Nous avons terminées 2ième par équipe. »

– Les réactions de ton entourage par rapport à ta pratique du running ?
Mon entourage ne court pas forcément mais a l’habitude du sport et puis mon oncle m’a ouvert la voie du running dans la famille, c’est lui qui a reçu tous les « il est fou », « après quoi tu cours » … Moi, quand je dis « je vais courir », on me répond « ok, à tout à l’heure ».

– Tes records perso ? Durée, kilomètres ?
Je n’ai jamais fait plus de 20km en courant. Mon objectif sur les deux ans à venir est un marathon.

– Et la compétition ? Tes temps « officiels » sur 5, 10 … kilomètres ?
Pas glorieux pour l’instant ! J’ai tellement peur de faire encore pire que la fois précédente que je ne m’inscris pas beaucoup aux courses … Sur 20 km, mon meilleur temps reste 3 heures et sur 10 km, 1 heure 02. L’objectif pour septembre est de passer sous l’heure.

– Un souvenir particulièrement marquant lié à la course à pied ?
Je m’étais inscrit à l’Urban Trail de Lyon qui avait lieu en avril. J’habite en bas de Montmartre alors je me suis dit que j’avais un bon terrain d’entrainement pour les escaliers lyonnais ! Je m’étais également fixé un super plan d’entrainement qui devait me permettre de faire le parcours le plus long (18 km je crois ou peut-être 25). C’était l’objectif principal de mon début d’année mais ça, c’était avant la périostite ! Je n’ai pas pu y aller et je le regrette beaucoup …

– Ton avenir avec le running ? Des projets/objectifs particuliers ?
Mon premier objectif, c’est de me faire plaisir. Je ne vais pas forcer mon corps à faire des choses qu’il ne veut pas ou qu’il n’est pas prêt à faire parce que je l’ai décidé. Je me fixe donc des objectifs réalisables et continue de me faire plaisir !

« Je fais aussi de l’escrime depuis l’âge de 8 ans, c’est devenu mon métier puisque je l’enseigne. »

– Concilier vie professionnelle, vie de couple/de famille et running ?
Je travaille beaucoup et à des heures complètement loufoques. Je fais deux journées de 9 heures à 22 heures dans la semaine et le reste du temps, je commence parfois à 9 heures, parfois à 17 heures, parfois à 14 heures … C’est très compliqué de trouver du temps pour courir en dehors du week-end ! Quand il est libre …
Pour la vie de couple, aucun problème. Mon copain s’est fixé un objectif assez particulier cette année, une moyenne de 100 km/jour en vélo. Autant dire qu’il n’est pas beaucoup à la maison car il a eu pas mal de retard à rattraper après l’hiver froid et humide où il n’a pas pu beaucoup sortir et il prépare l’hiver à venir donc il prend de l’avance.

As-tu un coach, un mentor, un plan d’entrainement particulier ?
Je n’ai pas vraiment de coach. Mon copain m’encourage à aller courir mais ce n’est pas un coach ! Quant à mon plan d’entrainement, je n’en ai plus … Pour l’instant, je cours ! On verra en septembre pour un nouveau plan.

– Un avis sur le running par rapport à l’alimentation ?
Depuis que je cours régulièrement, mon alimentation a pas mal changé. Je ne suis pas sûre qu’il y ait vraiment un lien, je crois que mon corps a des besoins différents en vieillissant. Je mange beaucoup moins de gâteaux apéros, de McDo, de trucs gras et beaucoup plus de légumes (bios), de quinoa, riz, boulgour, blé, pâtes maison … Je mange aussi beaucoup moins et j’ai redécouvert le thé qui m’apporte beaucoup de choses que je ne peux pas nommer mais que je ressens au quotidien !

– Un rituel avant/après un footing ?
Quelques étirements (mais je suis assez faignante là-dessus, c’est mal). La douche tout de suite en rentrant puis je consulte mes données du jour sur mon cardio avant de recréer mon parcours sur GoogleMap.

– D’autres sports en parallèle de la course à pied ?
En fait, c’est la course à pied qui est en parallèle d’autres sports ! Je fais du cyclisme mais beaucoup moins qu’avant donc je cours plus qu’avant. Je fais aussi de l’escrime depuis l’âge de 8 ans, c’est devenu mon métier puisque je l’enseigne. J’ai également repris les claquettes que j’avais pratiquées du CP jusqu’à la 3ème. En 3ème, c’était « grave ringard » alors j’ai arrêté mais je me suis rendue compte que ça me manquait, j’ai repris en novembre 2010.

Un grand merci à Jehanne pour cette belle interview ! Si ce témoignage vous a inspiré et que vous souhaitez participer à cette rubrique « To be a runneuse », n’hésitez pas à me faire signe.

4 comments to Le témoignage de Jehanne