Le témoignage de Raphaèle

Ma combinaison de compression SKINS

Notre runneuse du jour s’appelle Raphaèle. Future mariée, elle a 23 ans et est assistante marketing.

– Comment as-tu découvert le running ? Qu’est-ce qui t’a poussé vers ce sport ?
Pour la petite histoire, j’ai toujours détesté courir. Je me souviens qu’à l’époque du collège je faisais toujours en sorte d’être dispensée au cross annuel ! J’avais vraiment en horreur la course d’endurance. Ensuite pendant mes années lycée, là j’ai découvert que j’étais assez douée pour les courses de vitesse, mais sans pour autant me donner le goût de continuer …
En réalité ce qui m’a poussé à aller courir pour de vrai et de m’y mettre vraiment c’est mon poids ! Je n’ai jamais était « grosse » mais toujours un peu « pulpeuse » ce qui ne me dérangeait pas et réjouissait mon copain. Mais des moments difficiles de ma vie m’ont fait prendre beaucoup de poids et j’en étais arrivée à un point où le simple fait de me regarder dans le miroir me faisait pleurer. Je me vomissais ! Alors un jour j’ai pris les choses en main, j’ai rééquilibré mon alimentation et surtout je me suis mise à courir, encore, encore et encore.

– Depuis quand cours-tu ?
Cela fait maintenant un an que je me suis mise à la course, mais c’est en réalité depuis janvier 2012 que je m’y suis mise à fond. Ma première impression lors de ma première sortie ? « T’as du boulot ma vieille » !!

Le meilleur moment : le matin au lever du soleil. Le meilleur endroit : le Parc de la Tête d’Or.

– Qu’est-ce que t’apporte ce sport au quotidien, dans ta vie de tous les jours ?
Le running a changé beaucoup de chose dans ma vie! Physiquement certes ! Cela m’a permis d’avoir le corps que j’ai toujours rêvé d’avoir (c’est-à-dire svelte et tonique mais surtout pas maigre). Psychologiquement : c’est mon défouloir ! Quand je cours tous mes problèmes s’envolent … Si j’ai passé une salle journée ? Quelques kilomètres et le tour est joué. Et même si tout va bien c’est mon moment de méditation à moi. Certain on besoin d’un endroit calme, d’être assis et de fermer les yeux pour méditer … moi je cours !

– Le meilleur moment pour courir ? Le meilleur endroit ? Seule, en duo ou en groupe ?
Le meilleur moment : le matin au lever du soleil.
Le meilleur endroit : le Parc de la Tête d’Or, à 100 mètres de chez moi (quand il n’y a personne ou presque).
Seule en générale (et j’adore ça car c’est mon petit moment à moi), avec mon homme lorsqu’il se motive (et courir en couple c’est quand même le pied), en groupe jamais encore …
Le temps peu importe, la seule chose qui me retienne c’est une grosse averse. Par contre j’ai beaucoup de difficulté lorsqu’il fait plus de 28°C , je ne trouve pas ma respiration et ma course m’est vraiment pénible. Par contre aucun problème de performance pendant les périodes de grands froids, je me souviens de l’hiver dernier ou le thermomètre affichait -16°C à Lyon et ça ne me posait aucun problème (bien sûr il faut être équipée en conséquence) mais j’avais même le sentiment de mieux courir car le froid anesthésiait la douleur de mes muscles.
Avec musique quand j’ai besoin d’un bon coup de fouet. Sans quand j’ai besoin de me retrouver avec moi-même. A jeun lorsque je cours le matin (en général c’est le samedi pour moi), sinon je cours à la sortie du boulot vers 17h.

Ma première course en compétition : Run in Lyon ! 10 km en 53 minutes.

– Tes sources de motivation ?
La course m’a permis en quelques sorte de devenir une nouvelle femme. Une femme active, sportive, à la silhouette tonique … et cette femme je l’aime beaucoup! Alors c’est ça ma meilleur motivation : c’est être moi !

– Une citation favorite, une phrase préférée ?
Pas de citation particulière en rapport avec le running, mais par contre étant chrétienne et lisant La Bible pratiquement tous les jours, je puise beaucoup de force dans ce livre … C’est difficile à comprendre lorsqu’on ne croit pas ou lorsqu’on ne connait pas le contenu de La Bible mais pour moi c’est une vrai source de motivation dans tout ce que je fais, également dans la course.
Une chanson qui me motive? Run the World de Beyoncé !

– Une/un modèle ?
Paula Radcliffe !

– Ta tenue pour courir ?
Principalement short brassière et dos nageur l’été et combi de compression l’hiver ! Baskets ? Jamais sans mes Nike LunarGlide 3.

Jamais sans mes Nike Lunarglide 3 !

– Une semaine sans running, c’est … ?
Juste pas possible !

– Des blessures liées à la course ?
Oui une belle chute au mois de juin … Pour une fois mon homme était venu avec moi et nous sommes partis un peu à l’aventure, très très loin de chez moi … et là une averse de folie nous est tombée dessus. Résultats : demi-tour, nous rentrons (en courant bien sûr) et à 1 ou 2 km de chez moi, un virage + une descente + une plaque métallique au sol + beaucoup beaucoup de pluie + une Raphaèle qui court à toute vitesse = une belle chute + l’avant-bras droit ouvert + perte de connaissance. Heureusement mon homme fort m’a pris sur son dos et m’a ramené jusqu’à la maison … A la suite de ça : une soirée passée aux urgences et 3 jours de repos sans course !

– Quand je cours, je me sens … ?
Libre.

– Les réactions de ton entourage par rapport à ta pratique du running ?
D’abord très content car ils m’ont vue épanouie, puis impressionnés car ils ne pensaient pas que je tiendrais sur la durée. Parfois un peu inquiets par la fréquence de mes courses, puis finalement rassurés de voir que je sais ce que je fais.

En parallèle de la course à pied, je fais de la danse hip-hop et de la musculation.

– Tes records perso ? Et la compétition ?
Ma première course en compétition Run in Lyon : 10 km en 53 minutes (2003ème sur 6184 participants). Et ma distance la plus longue à ce jour : 15 km.

– Un souvenir particulièrement marquant lié à la course à pied ?
Une grande fierté lors de mon tout premier 10 km ; c’était le 22 mars 2012.

– Ton avenir avec le running ?
Maintenant que j’ai gouté à la course en compétition j’ai envie d’en faire encore et encore et encore ! Je suis déjà inscrite à un 10 km pour 2013 qui aura lieu à Poitiers (ma ville natale) le samedi 25 mai. Mais je pense bien en trouver d’autres d’ici là … Je ne me suis pas encore bien renseignée pour le moment.

– Concilier vie professionnelle, vie de couple/de famille et running ?
J’ai eu une période où le sport et la course en particulier passait avant tout. A partir du moment où je quittais le travail, j’organisais ma vie en fonction de la course. J’annulais des invitations, je voyais mon homme de moins en moins … bref je ne voyais que pas ça. Désormais j’ai une approche plus censée et je fais d’abord ce que j’ai à faire avant de penser à ma course ou alors je me fais des entrainements vraiment light dans la semaine (pas plus de 5 km) et une longue course le samedi matin. De cette façon j’ai une vie plus équilibrée et un rapport moins obsessionnel à la course (et donc plus sain …).
Quant à ma vie professionnelle j’ai la chance de ne jamais travailler le week-end et de finir tous les jours à 16h alors c’est vraiment le top pour moi.

Plus on a une hygiène alimentaire saine et meilleur(e) runneur(euse) nous sommes.

– As-tu un coach, un mentor, un plan d’entrainement particulier ?
Ni coach, ni mentor … et les plans d’entrainement que j’ai essayés de suivre je ne les ai jamais suivis bien longtemps. Par contre je pense de plus en plus à m’inscrire dans un club d’athlétisme.

– Un avis sur le running par rapport à l’alimentation ?
Pour moi c’est incontestable : plus on a une hygiène alimentaire saine et meilleur(e) runneur(euse) nous sommes. Il faut manger des rations en adéquation avec nos fréquences d’entrainement et équilibrer son alimentation au quotidien. Sans parler de régime, c’est une habitude de s’alimenter qu’il faut adopter. Il ne faut pas oublier que la nourriture c’est le carburant de notre corps … Si on lui donne un mauvais carburant, il n’avancera pas aussi vite ou aussi bien qu’avec un bon !

– Un rituel avant/après un footing ?
Avant non. Mais après toujours 20 pompes, une bonne bouteille d’eau et une douche looooongue!

– D’autres sports en parallèle de la course à pied ?
La danse hip-hop (debout et bientôt première initiation au break), musculation. J’aime aussi beaucoup le badminton, la natation, le vélo, le rolleur … Mais j’ai un peu moins le temps pour ça alors ça reste plus occasionnel. Mais toujours en amoureux.

Un grand merci à Raphaèle pour son témoignage. Si vous aussi vous avez envie de partager votre vie de runneuse, faites moi signe !

8 comments to Le témoignage de Raphaèle