Love, life ... and horse-riding ! (bis)

Notre premier selfie ! ^^

Notre premier selfie !

Loin de moi l’idée de transformer loveliferunning.com en loveliferunningandhorseriding.com (trop long de toutes façons ^^). Mais bon, c’est tellement chouette que j’ai envie d’en garder une trace quelque part.

Je remonte donc à cheval depuis début mars. Ça s’est fait sur un coup de tête et très rapidement. Vendredi je découvrais l’annonce concernant Maya, lundi je me pointais à l’écurie et mardi j’étais à cheval. Plus de cinq ans après ma dernière expérience catastrophique ! Avec le recul je pense que c’était tout simplement évident, mais sur le coup je me sentais comme une candidate à un entretien d’embauche : le feeling allait-il passer entre la jument et moi, et aussi surtout avec sa proprio ? Je ne me faisais pas de souci sur ma capacité à être une douce cavalière, mais peut-être un peu plus sur celle à être une cavalière ferme et confiante … Mais ça, la proprio a tout de suite su le cerner (et tant mieux). Les sensations étaient au rendez-vous ; la trouille aussi, je l’avoue. Pourtant Maya est une jument géniale : pas trop grande (1 mètre 53 au garrot), bien dressée, calme, aucun vice. Une jument « maîtresse d’école » comme ils disent, et je trouve que le terme convient plutôt bien. Parce qu’elle m’a appris à reprendre confiance à cheval.

Les premières semaines, je montais toujours en cours particulier. De quoi découvrir la jument et retrouver tranquillement les bases de l’équitation. Ça n’a pas été de tout repos : il a d’abord fallu s’organiser (budget, matériel, emploi du temps …) ; et puis j’avais oublié que l’équitation est un sport, qu’un cheval est 1000 fois plus complexe qu’un scooter et que j’ai des muscles dans le dos et les épaules ! J’en ressortais à chaque fois courbaturée de partout et avec la désagréable impression de n’arriver à rien faire correctement.

11358257_1616901151884297_923805023_n

Le style laisse un peu à désirer, mais le plaisir est là !

Puis j’ai découvert les allées cavalières de la forêt, avec la proprio pour m’accompagner. Et à peine deux mois après ma reprise, je me suis lancée seule avec Maya, en forêt. Une matinée très pluvieuse. Mais c’était juste … génial ! Moi qui partais initialement pour une ballade à la cool et au pas, pour ne pas me mettre de pression pour cette grande première, je me suis retrouvée à trotter et à galoper. Avec une Maya plus énergique qu’en carrière, mais c’était parfait. L’impression d’un rêve qui se réalise : la liberté d’être dans la nature, seule et en harmonie avec son cheval. Dire qu’il y a quelques mois encore, je pensais que cela n’arriverait jamais, qu’il me faudrait un niveau de dingue (bien plus que mon petit galop 4) pour oser faire cela ! Mais voilà, mon souhait de petite fille s’est réalisé : je suis capable de monter à cheval seule et en extérieur. J’ai suffisamment confiance en moi (et en ma jument) pour cela. « Eleanor Roosevelt a dit un jour : Faites chaque jour quelque chose qui vous fait peur. Pousse-toi à réaliser les choses qui t’effraient, ma chérie. Prends des risques et vois où ils te mènent, car, grâce à eux, la vie vaut la peine d’être vécue. » Je confirme. Et franchement, ça n’a pas de prix.

Depuis ça roule. Je conserve un cours particulier par semaine et le reste du temps je sors le plus souvent seule en forêt, où j’essaye de reproduire ce qui a été travaillé en carrière. Maya me fait régulièrement de petites frayeurs blagues : détaler à 1000 à l’heure à l’autre bout de la carrière quand un autre cheval s’en approche (chose qu’elle ne fait pas quand c’est sa proprio qu’elle a sur le dos, la garce ^^) ou prendre peur en forêt (pour des raisons plus ou moins valables selon moi). Et j’ai découvert la chose la plus effrayante au monde pour elle : les chiens avec des colliers à clochette, surtout s’ils arrivent en trottinant tranquillement derrière nous. Je ne me suis pas encore étalée par terre, Maya ayant la gentillesse de partir plutôt en ligne droite quand un truc l’effraye. Et comme elle n’est pas hyper puissante, pour le moment ses écarts ne m’ont pas encore totalement déstabilisée. Mais je me doute que ce jour finira par arriver ! C’est pourquoi, au cas où, je pars toujours avec mon téléphone et … mon appli Runtastic (dédicace à mes débuts en course à pied) ! Très utile pour se géolocaliser. Et découvrir que 1000 mètres de petit galop se font à +/- 17 km/h !

5 comments to Love, life … and horse-riding ! (bis)

  • Ton article me redonnerait presque envie de reprendre l’équitation ! C’est vrai que c’est une discipline qui apprend à la fois à lâcher prise (je me rappelle de sacrées chutes suite à l’attaque d’un sac en plastique ^^), et donne confiance en soi.
    Je crois que je n’aurais plus le courage que j’ai longtemps eu, celui de monter des chevaux de club, aussi appelé la roulette russe :p. La demi-pension, c’est un super compromis.
    Profite bien !

  • Running ou horse riding, c’est toujours un plaisir de lire de tes nouvelles !
    Bonnes ballades avec Maya
    mél.

  • Comme j’aimerais savoir monter à cheval… Tu en as de la chance !

  • Bonjour ! Je viens pour vous parler de l’aboutissement d’un projet qui me tient très à coeur, un blog parlant de sport (notamment de running) , de mode mais aussi de maladies auto immunes comme l’hypothydoïdie et le diabète, et comment concilier tout cela !
    Je vous invite à vous rendre sur le lien suivant https://olympiabydiane.wordpress.com
    N’hésitez pas à me contacter pour toute question !
    Merci de votre attention !

  • Maya a l’air d’avoir son p’tit caractère ^^. Mais vous semblez vous être bien trouvées :).
    C’est toujours chouette de lire les histoires des personnes qui retournent vers les chevaux, d’une manière ou d’une autre !

    Belle et longue route à toutes les deux .