« Mes » Foulées Charentonnaises – 10 février 2013

Fashion & solidaire !

La veille – Après mon premier 5 km dimanche dernier, j’enchaine en triplant la distance ! Ce 15 kilomètres a été ma première grosse course quand j’ai commencé la compétition l’année dernière. J’ai le souvenir d’une météo ensoleillée mais très froide, d’un parcours plutôt sympathique et d’un point de côté qui m’a obligé à fortement ralentir sur les derniers kilomètres. Donc mon objectif cette fois-ci est simple : faire mieux que l’année dernière, soit moins d’1 heure 24 minutes et 46 secondes. Ce qui devrait être largement faisable ! Sachant que je tourne autour de 12 km/h sur 10 km et 11 km/h sur semi-marathon, je coupe la poire en deux : courir ce 15 km à 11.5 km/h (soit en 1 heure 18 minutes et des bananes) me semble être une bonne idée ! C’est peut-être un peu ambitieux (surtout vu la semaine que je viens de passer …), mais soyons fous ! Vu mon état de forme plutôt moyen, je sais que ça risque d’être difficile mais j’ai plus qu’envie de courir : ça fait 15 jours que je n’ai pas fait plus de 5 malheureux kilomètres et je suis en manque d’endorphines !

Le parcours est composé de 3 boucles : une petite et deux grandes. J’espère que ça ne va pas me paraitre interminable … D’autant que la course est notée « Label Régional FFA », ce qui signifie qu’il va y avoir du niveau et que je peux dire adieu au haut du classement.

En début d’après-midi je croise ma copine de running Cécile au retrait des dossards (1989 : l’année de naissance de ma sœur !). Le cadeau est … original : des gants très bleu (adaptés aux mains des plus grands géants) et un bonnet lui aussi très bleu (et style bonnet de bain obligatoire pour la piscine). Mais vu que Météo France vient de décréter une vigilance orange en raison de la neige qui risque de tomber ce week-end, ces petits accessoires (très) bleus seront peut-être bien utiles demain. D’ailleurs ce n’est toujours pas cette fois que je pourrai mettre une jolie tenue : collant long et sous-pull Damart seront encore de la partie, mais heureusement planqués sous mon sympathique tee-shirt (que je ne peux que vous encourager à acheter) !

J’ai l’air hyper stressé !

Pour le dîner, cette fois-ci on reste dans le classique : un gros plat de spaghettis aux fromages et au beurre salé ! Pas de Nutella en dessert, mais un bon fondant caramel & double chocolat ! Si demain je termine en temps voulu, j’exige ce même dîner à chaque veille de course !

Le jour J –  J’ai super mal dormi. A priori rien à voir avec la course, mais je ressemble à un zombi ce matin (au point de ne pas réussir à ouvrir suffisamment les yeux pour mettre mes lentilles de contact). Heureusement tout est prêt depuis hier (iPod chargé et Garmin réglée sur 5.12 min/km, l’allure que je vais m’efforcer de suivre durant ces 15 km), je n’ai plus qu’a enfiler mes fringues et avaler mon thé. Puis direction Charenton-le-Pont avec mon staff de supporters préférés : mon père et mon homme ! Pour une fois je ne suis pas stressée, à peine un peu speed.

Le temps de trouver une place pour se garer, de nous rendre sur le lieu du départ, de croquer 3 noix de macadamia en guise de petit-déj’ et il est déjà quasiment 10 heures 30. Comme d’habitude je ne m’échauffe pas. J’ai prévu de partir tranquillement et le premier kilomètre fera office d’échauffement. Je retrouve Cécile et sa bande et nous patientons quelques minutes au milieu de la foule de runneurs avant le coup de feu. Il se passe plus de 30 secondes entre le départ des premiers coureurs et le nôtre, et je me dis que c’est dommage qu’il n’y ait pas de calcul du temps réel (en fait, contrairement à l’année dernière, cette année il y en a un mais je ne le saurai qu’en fin d’après-midi !). Comme prévu, le départ est dense et m’oblige à démarrer lentement. Puis je trouve plutôt naturellement mon allure ; à ce que m’indique Garmin, je suis au-dessus de mes prévisions.

Dernière ligne droite : je m’envole !

Je trouve la course super sympa : le parcours alterne ville et bois (pas de chemins minuscules nous obligeant à ralentir, pas de gadoue comme j’ai horreur et le tout est plutôt plat), les bénévoles nous encouragent activement, l’ambiance entre runneurs est top (mention spéciale à la nana qui servait de guide à un aveugle et a signalé son statut de célibataire à un runneur qui la complimentait sur son physique), trois ravitaillements sur le parcours (avec des bénévoles au taquet pour tendre les verres d’eau), quelques flocons de neige, trois passages devant mon staff de supporters (et des photos carrément réussies) … Bref : c’est le bonheur, je me sens bien et je suis super contente de pouvoir enfin « vraiment » courir !

Selon Garmin, je passe les 10 km en 50 minutes et des bananes (presque 51, mais pas encore) ! C’est carrément bon pour mon moral ! Et il vaut mieux, parce que c’est là que les choses se corsent. Heureusement,  je croise Le Crabe. Le Crabe est un monsieur en forme de crabe (buste imposant et jambes toutes fines), que je ne verrai que de dos. Mais son allure me plait, alors je le suis (bon Ok : je le colle). Au dernier ravitaillement, je me dis qu’un peu d’eau ne me ferait pas de mal ; je bois deux gorgées (et pas par le nez ) et Le Crabe en profite pour tenter de me semer, mais je le garderai en ligne de mire jusqu’à la fin. La fin de course est plus compliquée : jusqu’alors je n’avais fait que doubler les autres, mais maintenant quelques sprinteurs se réveillent et me passent devant. En plus le vent souffle, et de face bien évidemment ! Mais mon Crabe quelques mètres devant moi m’indique que je reste régulière alors je m’accroche et ne lâcherai rien jusqu’à la fin.

Dernière ligne droite … Bizarrement je suis moins en état de faire la folle pour la photo. Mais ce que j’aperçois au loin confirme mon impression : mon temps officiel est meilleur qu’espéré ! Je franchis la ligne en 1 heure 17 et 22 secondes ! Du 11.6 km/h, sur 15 kilomètres ! Je suis super heureuse ! Je trouve que j’ai plutôt bien géré ma course (j’ai été très régulière) et surtout j’ai pris un plaisir de dingue. Rien à voir avec le 5 km de la semaine dernière où j’ai souffert plus qu’autre chose …

Le top reste mon temps réel : 1 heure 16 minutes et 21 secondes, soit une moyenne de 11.78 km/h. Tout cela me met en confiance pour le semi-marathon de Paris, où mon objectif est « simplement » de faire mieux que la dernière (et première) fois. Côté classement, je suis sans surprise 41ième sur 178 de ma catégorie et 84ième sur 425 de toutes les femmes. Les nanas étaient en forme ce matin !

39 comments to « Mes » Foulées Charentonnaises – 10 février 2013

  • Bravo Carole, super chrono, tu progresses régulièrement, ça promet pour le semi de Paris. Bonne récupération !

  • Tu commences à prendre confiance en toi, c’est bien et bravo à toi !!!

  • Cécile

    Carrément géniale cette course, quasiment plate et bien roulante…t’as encore déchirée !
    Mon classement 153/178 des SEF et 372/425, et pourtant personne ne m’a doublé non plus lol…bon c’est vrai, ils et elles sont tous et toute parties devant au départ…mais n’empêche qu’avec Géraldine on en a remonté quelques uns/unes du début à la fin…bin c’est bien plus agréable !!! RDV dans 3 semaines…la même avant 6,..km en plus…

  • Bravo, Carole (nous nous sommes encore raté, pour ne pas changer)
    Un point m’interpelle…Comment arrives-tu à tout ça avec un entraînement si…folklo lol
    En tous cas, continues à t’éclater et bonne prépa pour le Semi de Paris!


    • Alors là, je ne saurais pas te dire ! On va mettre ça sur le compte de … ma jeunesse ? :roll:
      Merci en tout cas. Et c’est promis : d’ici le 3 mars j’essaye de faire quelque chose qui ressemble à une vraie prépa !

  • Félicitations pour ta belle course, tu as pris du plaisir et tu as fais un bon temps, c’est carton plein, bravo!

  • Un grand bravo Carole! Ca annonce que tu bon pour la suite! A très bientôt!

  • @Bernard. Moi c’est le casque… Je ne comprends pas comment elle peut courir vite avec tout ça sur la tête
    y’à au moins 3′ à gagner sans ça. ?.:-)


    • C’est vrai que le casque fait un peu énorme sur les photos, mais en fait c’est très léger. Et puis j’aurais trop peur de courir sans : la musique est mon soutien psychologique durant les kilomètres un peu difficiles !

  • Noyelle

    Une tuerie cette course. Tu vois, jamais se laisser abattre, parce que c’était clairement pas les pronostiques !
    Mis à part ça, j’aime bien ta tête de tarée sur la première photo !
    Et je confirme pour le dossard : un numéro de rêve.

    • Yep.

      Je me marre comme une baleine sur la photo parce que mon père était à fond pour m’encourager. Genre à s’en briser les cordes vocales !

  • Bravo pour ton excellente gestion de course Carole ! Ton travail assidu va fixement payer sur demi ! Bon repos et bonne suite d’entraînement jusqu’au 3 mars

  • @Julien: +1000 avec toi pour le casque…mais c’est Carole: atypique à souhait

  • CANONBALL

    Une course réglée comme du papier à musique …. à l’arrivée une jolie symphonie!
    Bravo carole …… quelle maestria!

  • Tout simplement encourageant comme résultat, comme quoi le travail paie et les efforts fournissent de beaux résultats. Bravo à vous !

  • je reste admirative de tes performances moi qui coure à vitesse de tortue … bravo et vivement le marathon pour le prochain CR

  • Cécile

    C’est clair, Carole…6km de plus n’a pas l’air grand chose maintenant !!! Mais c’est dans à peine 3 semaines quand même !!!! mes genoux commence à s’entrechoquer !!!

    • Cette nuit j’ai fait un cauchemar à propos de la foule pour le semi de Paris ! Genre il y avait des milliers de participants et c’était la bousculade générale … L’horreur quoi !

  • Tout simplement génial comme résultat!!! tu peux mm espérer passer sous les 1h50 en gardant cet allure pour ton semi ….
    Contrairement à Julien et Bernard, je pense qu’il faut garder ton casque … Ça me permettra si j’arrive à te voir de te saluer bien bas sur le semi de Paris ( si jamais on se croise …)
    Encore merci pour ton CR.

    • Merci Lionel !
      Mon casque sera bien là sur ma tête le 3 mars.
      1 heure 50, c’est le temps que j’aimerais réaliser … Moins d’une heure 50 me semble encore un peu trop ambitieux ! Tu vises quel temps toi ?

  • Lionel

    1h35 en restant raisonnable, moins avec plus d’ambition.
    Le mur qui sépare la saine confiance en soi et l’orgueil malsain est très mince. Murakami ( ….)

  • Eric

    Une course parfaite et des photos dignes d’un professionnel! Reste plus qu’à trouver un sponsor! Love.

  • Sylvie

    Oulala Carole, un grand Bravo pour ta super course !!!
    Ca me donne envie d’être au 3 mars
    Ceci étant, de lire tes cauchemars ça m’encourage pas, et encore moins vos objectifs (j’en suis loin loin loin !). Mais toi, WHAOU !!!

    • Merci.

      J’ai horreur de la foule et j’ai un souvenir un peu angoissé de Odyssea où il y avait déjà 26 000 personnes … Pour le semi de Paris cette année il y a 40 000 inscrits !!!

  • Tu feras la Parisienne avec moi ? C’est 30 000 meufs max.

  • Bonjour,

    Suite à votre participation aux Foulées Charentonnaises 2014, je me permets de vous informer que les inscriptions sont ouvertes pour la prochaine édition, qui aura le lieu le 15 février 2015.

    En espérant vous compter parmi nous, sur la ligne de départ.

    Les Foulées Charentonnaises.
    http://www.lesfouleescharentonnaises.com/

  • […] une course en tant que spectatrice, c’est mille fois plus difficile que d’y participer en tant que coureuse […]