Mon premier podium – 5 km de la Nogent Baltard – 12 mai 2013

Le soleil dans les yeux mais prête pour attaquer Baltard !

Pourquoi cette course ?
C’est un peu LA course symbolique pour moi. Je l’ai faite avec mon père l’année dernière. C’est un peu notre course à tous les deux. Notre course de la victoire contre l’anévrisme. Et notre course pour Philippe. Cette fameuse côte de Baltard … si vous ne l’avez jamais grimpée, vous ne pouvez pas vraiment comprendre. Cette année c’est la 5ème édition, et cette fois je la cours toute seule. Je me souviens vaguement du parcours, dans cette ville que je connais plutôt bien.

L’objectif ?
Attention, problème mathématique ! Sachant que je vaux un chouilla moins de 24 minutes sur 5 km sur un terrain plat, combien puis-je espérer sur un 5 km comprenant 1600 mètres de côtes et 90 m de dénivelé cumulé ? A priori, aucune idée ! Mais puisqu’il faut bien partir avec un objectif, disons … 25 minutes ? Allez, on valide les 12 km/h de vitesse moyenne, complètement un peu au hasard. Bon … est-ce vraiment utile de le préciser :roll: : absolument aucun entrainement spécifique, en côtes comme sur ma vitesse. On y va à fond et advienne que pourra, comme d’habitude !

Jour J : l’avant-course …
Réveil à 7 heures. La première pensée qui me vient ressemble à : « Là c’est trop tôt pour un dimanche, je reste dormir. » Mais non. Un thé plus tard et me voilà dans ma voiture, direction la maison de mes parents. Je retrouve mon père, changement de voiture et nous arrivons tout deux au Stade sous la Lune (lieu de mon dernier record perso sur 10 km). Je récupère mon dossard, jette un coup d’œil au nombre de participants (66) et … j’attends en observant les gens avec mon père ! Pas d’échauffement, comme à mon habitude. Je repère rapidement LA nana qui a l’air la plus pro et je ne me trompe pas : c’est la future première féminine de la course !

Les 5 kilomètres …
Départ à 9 heures 30. Ça part très très vite. J’ai les jambes un peu en coton durant les premiers 500 mètres, puis ça passe.
Kilomètre 1 : mon père est là pour l’instant photo. Mais juste avant, j’entends un spectateur dire « deuxième » lorsque je passe devant lui. Je l’entends ensuite dire « troisième féminine » alors que je m’éloigne. Je dois avoir une sorte de sixième sens : pour une fois je cours sans mon casque, donc sans musique (pour 5 km, je me suis dit que c’était faisable). Mes petites oreilles ont donc eu la chance d’entendre les mots de ce monsieur, qui m’ont maintenue à fond durant le reste de la course. Sur le coup je n’arrivais pas vraiment à y croire, mais je me suis dit que dans le doute il ne fallait rien lâcher. Alors on fonce, et ce malgré les graviers qui rendent ce début de course périlleux !

027

Avant les côtes … Là je fais encore la maligne.

Arrive la première côte : Baltard, 27 mètres dе dénіvеlé pоsіtіf suг 420 mètres dе lоng. Ça grimpe sévère, je ralentis mais ne marche pas. En sens inverse, j’ai la chance de croiser les 4 meneurs : des mecs hyper impressionnants, d’autant plus qu’ils profitent de la descente pour accélérer. J’arrive en haut de la côte de Baltard un peu à l’agonie, mais la descente me permet de retrouver mon souffle et mes esprits. Je suis emportée dans mon élan et je cours les mains devant moi de peur de tomber ! Un type me double ; durant toute la course je le double dans les montées puis il me repasse devant dans les descentes.

Fin de la première descente, revoici donc … une montée ! Celle du lycée E. Branly, mon ancien lycée ! Cette montée est la pire de toute : je l’attaque en courant mais je vois rapidement les mecs devant moi marcher (oui, toujours pas de filles à l’horizon) et mon corps me dit rapidement que ça ne sert à rien de courir. Donc, je marche. Pendant 20, 30, 40 ou 50 mètres, je ne sais pas vraiment. Et puis le haut de la montagne montée approche, alors je repars ! J’entre dans le parc Watteau pour une seconde descente de dingue, toujours en mode « mains devant » et en regardant attentivement où je mets les pieds. Sortie du parc Watteau, j’entame alors ce que je sais être la dernière côte dans les rues. Elle est moins raide que la précédente, mais elle me parait looongue. Je tiens bon, toujours en courant. Selon Garmin je suis toujours au-dessus de 10 km/h, malgré les côtes.

Arrive enfin le parc de la Maison Nationale des Artistes. Là je sais ce qui m’attend : des lacets à n’en plus finir au milieu des herbes hautes. Mais avant d’entamer ce dernier périple, je croise un couple qui prononce le mot magique du jour : « deuxième femme, bravo ». Waou, je n’ai donc pas rêvé. J’arrive à peine à les remercier et j’entre dans le champs. Grâce aux lacets, j’aperçois à un moment une fille derrière moi. Petit coup de pression supplémentaire.
Juste avant d’entrer dans le stade, un mec fait le chemin en sens inverse. Je le reconnais, il faisait partie du trio de tête que j’ai croisé lors de la côte de Baltard. Lui aussi prononce le mot magique : « deuxième ». Ça me parait toujours surréaliste, jusqu’au moment où j’arrive sur la piste d’athlétisme pour les derniers mètres. J’entends le speaker annoncer mon prénom et mon nom, associés aux mots « deuxième féminine ». J’aperçois le chrono : 25 minutes 37. Un peu plus que ce que j’espérais, mais je suis la deuxième femme de cette course (sur 18) !

036

Je monte sur la première marche du podium dans ma catégorie !!!

Après la course …
Je retrouve mon père, qui me confirme que je ne suis pas en plein rêve. Et … nous attendons le podium ! C’est juste fou, je plane complètement, surexcitée et pas du tout fatiguée par ma course. La remise des trophées se fait par catégorie. La première nana, que j’avais repérée dès le départ, est une « espoir » ; elle a terminé en 23 minutes 31. Vient alors le podium de ma catégorie SEF. On m’appelle et je monte sur … la première marche ! Première de ma catégorie sur 6 nanas. Bon Ok ce n’est pas la foule du marathon de Paris, mais ça n’entame pas mon plaisir. J’ai le droit à une magnifique coupe (surtout magnifique pour ce qu’elle représente en fait, parce que côté design ce n’est pas franchement mon truc :lol:), sans oublier un coupe-vent en cadeau.

Bilan …
Que dire ? Je suis super heureuse de ce petit podium. J’aimerais écrire que cela va me motiver à m’entrainer sérieusement à l’avenir, mais rien n’est moins sûr ! Je vais continuer à caser régulièrement une sortie longue et une sortie « fractionné ». C’est mon plan d’entrainement perso : 100% au feeling ! Après le semi-échec de l’Humarathon, cette course me rappelle que je prends toujours autant plaisir à courir, et c’est tout ce qui m’importe pour le moment.

25 comments to Mon premier podium – 5 km de la Nogent Baltard – 12 mai 2013

  • Félicitations pour ta superbe perf! Je sens que ca va te motiver encore plus …. une chose est sure ca fait plaisir d’etre récompensé et ca donne envie de continuer..bravo

  • Félicitations!!! Cela a du être un moment des plus magiques, profite!

  • Ouahhh!
    Félicitations Miss!
    La recette de la réussite c’est un entraînement au gré de ses envies. Ça évite les baisses de motivation, le surentrainement et les blessures qu’il implique …
    En tout cas, c’est prometteur
    Quel est ton prochain objectif?
    Mystinguett

  • King Calou

    Nan mais trop la classe!!! Bravo! Mon dernier podium remonte Au Cm2 et j’avais bu du sirop de Fraise dans ma coupe

  • bravo!! ça doit faire tout chose de monter sur la boite non?

  • Olivier

    C’est juste top. En esperant que cela te pousse à faire encore plus de courses, donc plus de compte rendu pr mon plus grand plaisir

  • Bravo ! ça fait toujours plaisir de monter sur le podium même si le chrono espéré n’est pas atteint

  • Mille bravos! Le potentiel est là!

  • encore bravo et comme tu le dis avec le plaisir on monte sur un podium alors pourquoi changer la méthode
    savoure cette victoire

  • Eric

    Je suis fier de toi. Love.

  • Rohlala comment c’est fort ça ! Bravo Carole je suis fier de toi !! 1er podium le jour de mon premier marathon, c’est beau ! Un très bon week-end. Félicitation !!

  • Super Carole, Bravo !!!

  • la classe internationale !
    bravo

  • Encore une fois, félicitations à toi !! De quoi te booster encore plus pour la suite … Pour les 45 min au 10 km et pour les 1 h 45 au semi ?! Et pour le marathon en 3 h 45 hihihi !

  • Félicitations pour ce podium et pour ta belle couse ! Bravo

  • Bravo Miss! Belle course! Avec un podium en +, ça fait toujours plaisir! Et tout cela avec le smile!!

  • BRAVO. Savoures ce podium comme il se doit

  • Félicitation pour ce beau podium sur 5 km :). Moi, le 11 mai, j’ai couru mon premier 5 km (41 min, loin de toi loll, mais j ‘en suis fière, surtout qu’il y avait un orage ce jour là ).

  • Bravo ! Le podium te va à ravir.

  • Whaou ! Super ! Tout comme toi, je cours pour moi et fais des courses car j’aime la compétition mais avec moi-même en premier lieu. Je ne cours pas pour me classer (je ne pourrais pas de toutes façons). Mais je comprends tout à fait la fierté que tu as dû ressentir. Bravo à toi !

  • Un grand merci à tous pour vos commentaires !

  • Sylvie

    Ohhhhhhh, j’arrive un peu tard, mais un grand BRAVO à toi, tu le mérites !

  • […] Le 5 km de la Nogent Baltard, c’est 1600 mètres de côtes et 90 m de dénivelé cumulé. A priori, pas le genre de course où l’on peut espérer un chrono. En réalité, c’est surtout une course de cœur pour moi, alors je m’élance ce dimanche matin motivée mais sans le moindre stress. Pas beaucoup de monde : seulement 66 participants. Des côtes et des descentes qui n’en finissent pas. Et quelques spectateurs super sympas qui m’annoncent quand je passe à leur hauteur que … je suis la deuxième femme de la course. Je n’aperçois aucune fille de quasiment toute la course, mais je me dis que s’ils sont trois à me dire la même chose c’est qu’il doit y avoir un peu de vrai. Alors je m’accroche au maximun : je marche le moins possible dans les montées et tente d’accélérer dans les descentes, malgré ma trouille de tomber. Alors que je m’apprête à passer la ligne d’arrivée, j’entends le speaker annoncer mon prénom et mon nom, associés aux mots « deuxième féminine ». J’aperçois le chrono : 25 minutes 37. Un peu plus que ce que j’espérais, mais je suis la deuxième femme de cette course (sur 18) ! Et la première de ma catégorie SEF. J’arrive à peine à y croire! Mais quelques minutes plus tard, c’est bien moi que l’on appelle pour grimper sur la première marche de ce podium ! Mon premier podium, devant mon papa ! Un grand moment de bonheur et de fierté. Son récit complet: http://loveliferunning.com/mon-premier-podium-5-km-de-la-nogent-baltard-12-mai-2013/ […]