« Mon » prologue de la 32ième Course de la Rentrée – 9 septembre 2012

Le parcours de la 32ième Course de la Rentrée

La veille – Par curiosité, je décide de regarder les résultats de cette épreuve en 2011. Apparemment c’est plutôt une petite course : 178 participants. 22 femmes dans ma catégorie ; la troisième est arrivée en 38 minutes 40, soit 11.8 km/h de vitesse moyenne. Pendant un moment je me mets à rêver d’un podium … Après tout la vitesse moyenne de ma dernière course était de 11.2 km/h, alors j’ai bien le droit de rêver un peu. Le hic, c’est que j’ai l’impression d’avoir régressé. Entre ma pseudo-blessure et tous les footings en mode limace où je me suis contrainte à ralentir « parce que 80 % de l’entrainement doit se courir à moins de 80 % de sa fréquence cardiaque maximale », je ne vois pas comment j’aurais pu prendre de la vitesse …

Mais comme je suis super optimiste, j’ai décidé de viser un temps de 39 minutes 19, soit 11.6 km/h de vitesse moyenne. On ne sait jamais, et un peu d’ambition ne peut pas me faire de mal ! Tenue prête, montre chrono au poignet et temps de passage notés sur le bras ; c’est parti !


Dossard du jour !

Le jour J – Je récupère un dossard avec puce intégrée, je n’avais encore jamais vu ce système. Contrairement à mes attentes, il y a pas mal de monde. Beaucoup de personnes viennent d’ailleurs s’inscrire sur place, sans doute motivée par le très beau temps.

En attendant le départ prévu à 9 heures 45, je papote avec une coureuse. Elle a terminé avant-dernière en 2011 et espère cette année faire moins de 55 minutes. La télé locale nous interviewe, nous sommes des stars !

Top départ, j’enclenche mon chrono ! Comme d’habitude je pars dans les dernières et remontent peu à peu plusieurs dizaines de coureurs. Dès le premier kilomètre, une grosse côte nous attend ! Je sais que mon père m’attend en haut ; un petit sourire pour la photo (floue) et c’est la descente. J’ai quelques secondes d’avance sur ce que j’avais prévu, je me sens bien ; bref, je suis ravie. Mais là, quelque part entre les kilomètres 2 et 3, c’est le drame : une sorte de point de côté bizarre apparait, situé plutôt au niveau des abdominaux. Il ne me quittera pas de toute la course (ni de toute la journée d’ailleurs), et est parfois tellement douloureux que je dois plusieurs fois ralentir et marcher quelques mètres.

A pleine vitesse, ou les talents de photographe de mon père !

Forcément, je perds du temps sur mes prévisions. Et surtout, je m’interroge sur cette douleur : un point de côté dans les abdos, quelqu’un a déjà connu ça ? Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive en plus, et pas forcément quand je cours « vite ». Est-ce que ça peut avoir un rapport avec ma séance d’abdos de la veille ? Un manque d’entrainement à ma vitesse de compétition ? Ce ne peut pas être une histoire de digestion puisque je suis à jeun. Je me suis échauffée et ne suis pas partie trop vite. Bref, mystère.
En attendant, je me dis que malgré la douleur il faut que je me donne à fond, ce n’est « que » 7.6 km. Alors je souffre, mais je souffre en courant le plus rapidement possible !

Heureusement le public est sympa et la ligne d’arrivée approche. J’entends derrière moi une dame dire que je ressemble à une gazelle et mon égo entamé par la douleur se regonfle d’un coup. Je termine en 40 minutes et 31 secondes selon ma montre, soit plus d’une minute de retard sur le temps que j’espérais. Mais avec tout de même une vitesse moyenne de 11.25 km/h, je n’ai donc pas vraiment régressé comme je le craignais. Ce dimanche soir, j’attends encore les résultats officiels pour connaitre mon temps exact et mon classement.

Le classement des 7 premières de ma catégorie

Aujourd’hui j’ai compris qu’il faut savoir rester humble quand il s’agit de course à pied. Rester humble, et s’entraîner correctement. À l’avenir j’essayerai d’être un peu plus cadrée dans mes sorties. Pour 3 sorties par semaine, j’aimerais tenter une plutôt courte et rapide (allure compétition ou fractionné), une « normale » et une plutôt longue et lente. Si des pros passent par là et souhaitent me donner leur avis sur mon « plan », je suis toute ouïe.

Édit – Les résultats sont tombés !
Je termine 90ième sur 167 au classement général, en 40 minutes 29. Et je suis 4ième (!) dans ma catégorie (sur 21) et 13ième féminine sur 58 ! Je suis super contente !

5 comments to « Mon » prologue de la 32ième Course de la Rentrée – 9 septembre 2012

  • Salut, Carole
    Cela reste une bonne course de rentrée. Vu que tu n’as pas pu t’entraîner correctement, tu t’en sors très bien.
    A dimanche prochain du côté de Joinville?

  • Ln

    c’est plutot génial !!! très jolie photo
    ps : qd j’ai un point de coté j’appuie tres fort dessus !

  • Cécile

    Dure dure cette reprise, n’est-ce pas? Je suis incapable de raconter une seule de mes courses comme vous le faites tous. Je dois être dans un état second car je ne me rappelle que très rarement du tracer ou de mes sensations.

    Pour moi, presque 3 mois sans course chronométrée …j’avais oublié comme c’est difficile…Il faisait chaud ce matin aussi, peut-être une des raisons.

    Je t’envoie un sms pour se caler un rdv côte, si ça te dit.

  • lilcoco

    lol la photo de papa

  • Mathilde

    Bonjour, bonjour

    J’ai découvert ton blog il y a trois mois environ, lorsque j’ai repris sérieusement la course à pied et que je cherchais des infos et des expériences. D’ailleurs,à ce propos, tu tiens ton blog avec soin ; c’est assez rare que les mises a jour soient quotidiennes et qu’il y ait tant de rubriques d’entrée différentes! En tant que lectrice silencieuse et consommatrice de l’ombre, il fallait bien que j’en sorte pour te dire que tes articles sont cool et agréables à lire. Ce commentaire n’a pas uniquement pour but de te flatter, mais aussi de te proposer de partager des plans d’entraînement. J’ai débuté la course à pied à l’âge de 16 ans et ce n’est véritablement qu’à partir de juin que je fais mes sorties en suivant une méthode qui m’a été expliquée par un ami ayant eu une belle expérience dans un club d’athlétisme. Honnêtement, cela permet de diversifier un peu la pratique, qui a tout de même tendance à rester redondante, et puis, si tu vises des compétitions, ce que tu as l’air de faire assez régulièrement, ça donne une confiance dans tes capacités de résistance et de vitesse. Comme j’ai dû entrer mon adresse mail, tu l’as à ta disposition et n’hésite pas à m’écrire. Ce serait avec plaisir que je te donnerai des conseils ou t’expliquerait comment je m’entraîne pour éventuellement t’en inspirer et l’accommoder à ta façon.

    =)

    Find your rythm, enjoy your run.