Mon week-end aux Courants de La liberté - 15 et 16 juin 2013

Rochambelle

Peu avant le départ de la Rochambelle, avec Mary et Stéphanie.

Plus le temps passe, et plus mon statut de blogueuse-runneuse m’apporte des choses sympathiques. La dernière en date se nomme « voyage de presse », et il y a 15 jours j’ignorais encore ce que cela signifiait ! Heureusement que les amis de la Runnosphère, plus ou moins habitués à ce genre de jargons, sont là pour m’éclairer : il s’agit d’une marque ou d’une agence qui, pour faire connaitre sa course, vous invite à y participer … gratuitement ! Et cerise sur le gâteau : l’hébergement, le transport et bien sûr le dossard sont offerts ! Bref, un beau cadeau sous forme de week-end sportif organisé.

C’est donc pour me proposer un voyage de presse 100% blogueuses-runneuses que la marque New Balance m’a contacté pour courir La Rochambelle et le 10 km de la Liberté, à Caen, dans le cadre des Courants de la Liberté. Toujours partante pour des expériences « runnesques », j’accepte sans hésiter ! Pour m’accompagner dans ce week-end, trois blogueuses sympas : La Fille aux Baskets Roses, Baskets aux pieds et BabaOrun.

Samedi 15 juin 2013 : la Rochambelle
C’est à la gare Saint-Lazare que je retrouve les filles ainsi que Hind, la nana grâce à qui je participe à ce petit voyage. Deux heures de train et quelques papotages plus tard et nous voilà arrivées à la gare de Caen. Claire, la responsable marketing de New Balance, nous y attend. Petit détour par notre hôtel pour y déposer nos sacs puis direction le village de la course afin de découvrir le stand de la marque et d’assister à la conférence de presse avec Laura Flessel (marraine de La Rochambelle cette année) et Yves Martin (président des Courants de la Liberté). Nous avons le droit au même traitement que les journalistes, c’est assez sympa ! Peu après nous rencontrons la jolie Running Sucks, venue retirer son dossard pour le marathon du lendemain.

Running New Balance

Trouvez l’intrus !

Vient enfin l’heure de courir un peu ! Entre le tee-shirt de la course et le duo short-running offert par New Balance, je suis rhabillée de la tête au pied ! C’est une vague de plus en plus rose qui envahit le rues peu avant 19 heures : 18000 nanas, de 6 à 90 ans ! La Rochambelle est la deuxième course (et marche) 100% féminine française, derrière La Parisienne. C’est un 5 km réservé aux femmes et chargé d’engagement puisque 50% du montant des inscriptions sont reversés au profit de la lutte contre le cancer du sein. Pour la petite info, La Rochambelle est aussi un hommage … aux Rochambelles ! Ces infirmières et ambulancières rattachées à la 2ème division blindée du Général Leclerc ont débarqué en Normandie dans la nuit du 4 au 5 août 1944 et ont notamment participé à la bataille de Normandie et à la Libération de Paris. Voilà pour le point historique.

L’ambiance est super sympa, rien à voir avec dimanche dernier ! Nous sommes avec les nanas de New Balance et plutôt bien placées près de l’arche de départ. Il y a un échauffement collectif mais nous sommes tellement nombreuses qu’il est impossible de trop bouger, sous peine d’éborgner sa voisine ! Je pressens déjà qu’il sera impossible de tenter un chrono … et je ne me trompe pas ! Laura Flessel donne le départ mais impossible de réellement courir : entre les marcheuses et la quantité de runneuses, ça bouchonne. L’ambiance est super sympa : ça chante, ça crie, ça embrasse un journaliste, ça encourage … Bref, c’est cool ! Le parcours est on ne peut plus roulant et les kilomètres défilent tranquillement. Je m’arrange pour toujours rester auprès de Stéphanie et Hind : pas envie de me retrouver toute seule dans cette ambiance ! Pas de chrono pour cette course, mais à l’arrivée ma Garmin indique presque 34 minutes. Une ballade quoi ! Et ce n’est pas plus mal, puisque nous nous plantons complètement de chemin pour retourner à l’hôtel : 3 kilomètres de marche à pied au lieu de … 500 mètres ! Une douche rapide et direction le restaurant avec toute l’équipe de New Balance (où je mange, entre autres, le meilleur fondant au chocolat de toute ma vie) ; Yamna Oubouhou, gagnante de la Rochambelle, est là aussi. Quand j’éteins la lumière dans ma chambre d’hôtel, il est déjà plus d’une heure 30 du matin !

Rochambelle trajet retour

Sur la (longue) route du retour à l’hôtel !

Dimanche 16 juin 2013 : le 10 km de la Liberté
7 heures : le réveil sonne. Je suis fraiche comme une rose complètement décalquée. Je me brosse les dents, avale une gorgée de thé et retrouve les filles une demie-heure plus tard. Nous ne sommes que trois à courir le 10 km de la Liberté : Mary, Stéphanie et moi-même. Elles sont dans le même état de forme que moi ! Nous rejoignons le lieu où des navettes doivent nous emmener à Mathieu, ville où est donné le départ. Le timing est un peu serré : dossards oubliés sur le stand New Balance, obligées de faire un détour de dernière minute. Nous ne sommes donc pas franchement en avance. Alors que l’on se change en speed pour rejoindre la dernière navette (où je réalise que je n’ai pas pris de tee-shirt, que je vais devoir courir avec un débardeur-pyjama et mon pull autour de la taille ; look très pro donc), je prends 30 secondes pou récupérer des épingles pour le dossard. A peine le temps de me retourner, je vois les filles monter dans le bus et … le bus s’éloigne ! Hind et Claire de New Balance sont parties aussi. Me voilà toute seule sur le trottoir, mon dossard à la main. Il est 8 heures et le départ a lieu à 8 heures 30 ; tout va bien ! Heureusement il y a un ou deux retardataires et un ultime bus arrive pour nous emmener à destination. Sauvée !

J’arrive sur place à 8 heures 20. A peine le temps de faire pipi dans le champs, de retrouver Mary et Stéphanie et nous voilà dans le sas de départ. Encore en mode zombi, je n’ai pas le motivation de rejoindre « mon » sas de départ et je reste avec les filles. Lorsque la première vague de coureurs s’élance, je ne sais toujours pas si je vais courir à fond ou en mode promenade. Quelques minutes plus tard, c’est à nous. Je suis dans le sas « moins de 1 heure 15 », donc pas vraiment mon rythme. J’ai du mal à doubler ; le peloton est plutôt dense. Mais au moins ce n’est pas la guerre comme au Château de Vincennes, ça fait plaisir !

Bain après 10 km

Un bain après le 10 km : trop de bonheur !

Je me résigne donc à courir tranquillement, essayant de grappiller quelques places quand je peux passer dans un petit trou entre deux coureurs. Kilomètre 5 : ma Garmin m’indique 28 minutes. Je peux dire adieu au record perso, mais à présent le peloton est plus parsemé et un nouvel objectif me vient en tête : tenter un beau negativ split ! Courir une seconde partie de course plus rapide que la première, je crois que je n’ai encore jamais fait ça. Alors c’est parti, je me remotive, j’accélère l’allure et je double de plus en plus. Le parcours est plutôt sympa, à travers champs. Suis pas fan du passage sur l’herbe et de celui sur des graviers poussiéreux, mais ça reste quand même très roulant. Le public est massivement présent sur les derniers mètres et l’ambiance est à la fête. Petit bonus : un mec me dit que je suis « affûtée ». Plan drague foireux ou vrai compliment, on ne le saura jamais.

Au temps réel, je franchis la ligne d’arrivée en 52 minutes et des bananes. Negativ split amplement accompli ! Je termine cette course pas franchement satisfaite, mais j’en tire une leçon qui me servira sans doute à l’avenir : il faut que je cesse de me sous-évaluer au moment de choisir mon sas de départ. Je n’ose jamais choisir mon « vrai » sas et c’est à chaque fois la même chose : ça ne va pas assez vite et je galère pour doubler. Du coup je perds du temps et je me retrouve frustrée ; pas vraiment l’idéal pour débuter une course.

De retour à l’hôtel, je profite enfin de ma magnifique baignoire avant de repartir direction Paris. Je m’endors comme un bébé, bercée par le train et le papotage des filles ! Un week-end pas franchement de tout repos, mais très sympathique !

15 comments to Mon week-end aux Courants de La liberté – 15 et 16 juin 2013