Running - Du 7 au 13 avril 2014

findyourselfSemaine du 7 au 13 avril : 5 sorties – 40.8 kilomètres
Après des centaines de kilomètres en mode limace endurance, je me décide à remettre timidement le nez dans un plan d’entrainement, en vue d’aborder la course du Viaduc de Millau (et ses 23.7 km) dans six semaines.

Il s’agit de ce plan, avec la même VMA que fin 2013 : 15.5 km/h. Avec mon « non entrainement », je n’ai pas pu progresser d’un iota côté vitesse depuis mon dernier 10 km. Au contraire, j’ai même carrément l’impression d’avoir régressé : entre la prise de poids (que je me suis résolue à accepter ; je ne vais pas, en plus, me battre contre ça) et la malbouffe qui va avec, les insomnies mais aussi maintenant les allergies printanières … En clair : je galère un max dès qu’il s’agit d’accélérer un peu. Incapable d’atteindre les vitesses attendues, mon égo encaisse. Mais on s’accroche.

 

Running - Du 31 mars au 6 avril 2014

hauts-bas

Chez moi, ça se passe un peu comme ça …

Semaine du 31 mars au 6 avril : 6 sorties – 39.4 kilomètres
Comment commencer ce mois d’avril ? En disant la vérité peut-être. Sans fard. Sans artifice. Franchement.
Je sors d’un « léger » passage à vide. Un creux de la vague. Un fond du gouffre. Appelez ça comme vous voulez. Une période de merde quoi. Une « dépression » (dixit le médecin), accompagnée de son cortège de symptômes associés : insomnie, hypersensibilité émotionnelle, boulimie, dévalorisation, culpabilité, repli sur soi, fatigue, absence de motivation et j’en passe. La course à pied n’y a pas échappé : je ne compte plus, depuis quelques mois, le nombre de courses auxquelles j’étais inscrite et que j’ai finalement annulées. Même si, paradoxalement, continuer à courir toute seule dans mon coin et à ma vitesse de limace m’a aidé. À ne pas totalement sombrer, ou en tout cas pas trop longtemps. À reprendre régulièrement quelques bouffées d’oxygène salvatrices. Je ne saurais vraiment dire pourquoi ni depuis quand tout cela m’est (re)tombé dessus, mais dans le fond ça m’est égal et nous ne sommes de toutes façons pas là pour jouer à la psychothérapie de comptoir. Enfin voilà, une bonne petite déprime de quelques semaines mois que j’ai gérée tant bien que mal (et qui m’a laissé le sympathique souvenir de + 5 kilos).
Et puis, on ne sait trop comment ni pourquoi, il arrive un moment où l’on se dit que ça suffit, qu’il va falloir arrêter ses conneries et se remettre un peu dans le cours de la vie. Arrêter de se regarder le nombril, arrêter de se créer des problèmes là où il n’y a pas lieu d’en avoir et arrêter de se lamenter sur son sort. Trouver des solutions. Trouvez SA solution surtout. Ailleurs que dans le Lexomil, le Seropram ou les séances de psy à 50€ par semaine. Et prendre conscience, en ce mois un peu particulier, que la vie est courte. Injuste aussi, parfois. Mais souvent belle et surprenante.

Pub Asics 2014 : Run and run

Parce que j’adore leurs pubs !

...

« C’est de l’intérieur de soi que vient la défaite. Dans le monde extérieur il n’y a pas de défaite.
La nature, le ciel, la nuit, la pluie, les vents ne sont qu’un long triomphe aveugle. »
Pascal Quignard

Running - Mars 2014

400m_afond

Au milieu d’un footing ensoleillé, 400 mètres à fond sur piste. Juste pour voir si j’en suis toujours capable.

Week-end du 01 et 02 mars : 2 sorties – 42.3 kilomètres
… sur deux jours ! C’est une première pour moi, mais j’en avais besoin. La moitié de cette distance durant le semi-marathon de Paris.

Semaine du 03 au 09 mars : 5 sorties – 50.4 kilomètres
Deux jours de repos après mon gros week-end et c’est reparti. Des footings matinaux sous le soleil, une sortie en famille, un 400 mètres à fond et une sortie longue dans les règles de l’art (16.6 km à 70% FCM pour 9.1 km/h). Aucun autre objectif que celui de profiter et de me faire du bien. L’idée de (re)suivre un plan pour me préparer à un futur 10 km me titille un peu, parfois. Et puis ça passe.

Semaine du 10 au 16 mars : 5 sorties – 43.6 kilomètres
Une sortie durant la semaine et ensuite je suis restée planquée, notamment à cause de la pollution (première fois que je suis aussi flippée par l’ampleur du truc). Heureusement j’ai pu me rattraper et récupérer ma dose de kilomètres le week-end. De l’endurance, uniquement. Je me transforme en diesel, mais pour le moment je n’ai pas envie d’autre chose que de footings à la cool.

Semaine du 17 au 23 mars : 4 sorties – 31.8 kilomètres
Une semaine un peu plus light, la faute à une petite contracture au mollet droit (j’ai un peu forcé sur une petite douleur pendant un footing de 12 km + hydratation clairement insuffisante les jours précédents). Toujours uniquement de l’endurance en allure limace, et c’est très bien comme ça. → Lire la suite de cet article …

...

citation_ken_venturi

Débuter en course à pied - Programme personnalisable et conseils

Je reçois régulièrement des messages de jeunes femmes me demandant des conseils pour débuter le running. J’ai beau pratiquer la course à pied depuis des années, je ne pense pas être la mieux placée pour donner des conseils …

J’ai donc décidé de vous faire partager un document sérieux (relu et commenté par Serge Cottereau et Gérard Martin) qui présente un programme personnalisable et des conseils pour débuter en course à pied. La présentation du document en lui-même manque un peu d’images et de couleurs (à mon goût), mais le contenu est très bien fait.

Les bases du running y sont expliquées simplement. Vous y trouverez, entre autres, un petit speech pour découvrir le principes de la fréquence cardiaque et des allures d’entraînement associées ainsi qu’un plan d’entrainement pour les « vrais » débutants, proposant pour commencer une alternance course/marche.

Le document est téléchargeable ici : Debuter-En-CaP

Semi-marathon de Paris - 2 mars 2014

semi1

Météo sublime pour ce semi-marathon de Paris 2014 !

Pourquoi cette course ?
C’est très simple : ma découverte de cette course l’année dernière m’a laissé un souvenir tellement bon que je ne pouvais pas ne pas remettre le couvert cette année !

L’objectif ?
Ça fait tellement longtemps que je cours (ah ah) après cet objectif que j’ose à peine l’écrire : le fameux 1 heures 45 min, ou 12 km/h de vitesse moyenne sur 21 bornes ! Première tentative en avril 2013 puis la seconde fin août ; la cause de ces deux échecs : un put*** de point de côté apparu au 15ème kilomètres. La malédiction quoi. Et même si, théoriquement et selon mon RP sur 10 km, cet objectif est largement réalisable, ça m’angoisse presque ! Surtout que niveau prépa, c’est zéro : j’ai tout lâché depuis le début du mois de février. Pas le temps, mais surtout pas la motivation nécessaire …

L’avant-course …
RAS. Ah si, quand même : la veille, je cours … 21 bornes. Oui oui. Comme ça, juste parce que j’en avais envie/besoin. En fait, c’est une façon comme une autre d’ôter la pression que je me mettais moi-même sur cette distance/vitesse ; je fais 21 bornes aujourd’hui, je peux donc oublier tout espoir de record demain. Et vu le soulagement que je ressens à cette idée, je me dis que j’ai bien fait. En plus, l’envie de courir cette course n’est plus vraiment là depuis un moment … Trop de monde, trop d’attentes et trop d’agitation autour de cet événement. Je n’ai qu’une envie : fuir loin de tout ça. Je me tâte jusqu’au dernier moment samedi pour aller récupérer mon dossard … Mais dimanche matin, j’ouvre les volets : il fait un soleil de dingue. Le genre de météo pas vue à Paris depuis des semaines. Exactement comme l’année dernière ! J’ai un dossard, le parcours est cool, la météo est top et Johan a l’air d’accord pour m’accompagner à allure tranquille. Alors autant en profiter. → Lire la suite de cet article …